« Immortelle randonnée » J.C.Rufin – éd.Guérin

immortelle-randonnee-compostelle-malgre-moi-jean-christophe-ruffin-editions-guerin-chamonix-mont-blancJ’ai lu ce petit récit hier, histoire de ne pas m’agiter les neurones, un peu fatigués en ce moment…et c’était parfait.

Notre élégant ambassadeur raconte son expérience sur le chemin de St Jacques de Compostelle, en partant d’Hendaye.

Rien de mémorable…ça se lit sans déplaisir. Je suis marcheuse et je n’ai retrouvé dans cette histoire que les inconvénients physiques qu’on peut rencontrer quand on enfile les kilomètres : les pieds venant en premier ! Pour le reste, je ne m’y suis pas retrouvée, c’est très personnel, c’est vrai.

hiking-49897_640Sinon, je reprocherai à l’auteur la grande distance qu’il met entre lui et les gens qu’il rencontre; on ne sent jamais ni sympathie ni empathie chez le narrateur, que ce soit avec les autres randonneurs ou avec les autochtones qu’il rencontre, c’est assez gênant et parfois très agaçant.

Il faut prendre ce livre pour ce qu’il est : une distraction bien écrite, mais sans grande envergure ( pensons à Nicolas Bouvier, et à son « Usage du monde » …).

jakobsweg-116993_640

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Immortelle randonnée » J.C.Rufin – éd.Guérin »

    • Bien entendu ! Je l’ai lu il y a longtemps déjà, et « Le pays sous l’écorce », « L’été grec », merveilleux et tellement intelligent ! Merci de trouver quelque intérêt à mon modeste blog, je m’y fais plaisir !
      Visite cet été, au Monastier sous Gazeille d’une magnifique expo sur Stevenson, personnage passionnant et étonnant ( j’ai mis un post )

      J'aime

  1. Dommage … J’aime beaucoup Ruffin d’habitude. Son recueil de nouvelles en particulier : une merveille ! Essayez-le, il est assez court, il se lit donc (trop) vite, mais je pense que vous serez conquise !

    J'aime

    • J’avais beaucoup aimé « Rouge Brésil », puis moins « La salamandre » et après je n’ai pas lu « Globalia » ni le livre sur Jacques Coeur. Là, je ne dis pas que ce n’est pas bien écrit, ce n’est pas du roman, mais du récit, et c’est le ton, parfois carrément condescendant, qu’il emploie pour parler des gens qu’il a rencontré qui m’a déplu; sinon, ben oui, quand on marche beaucoup, on a souvent mal aux pieds et envie de faire pipi dans des lieux incongrus !Et ça change de la vie dans une ambassade. Donnez-moi le titre de ce recueil de nouvelles, quand même !Comme le dit Patrick dans son commentaire, lire Jacques Lacarrière pour ce sujet, c’est tout autre chose, c’est certain !

      J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s