« 20+1 short stories – Nouvelles » : un superbe cadeau aux lecteurs de Terres d’Amérique ( Albin Michel) –

« Pour l’amateur de nouvelles, la littérature nord-américaine est un jardin des merveilles. »

20+1Merveilleux cadeau des éditions Albin Michel que ce recueil qui marque en beauté les 20 ans de cette collection maintenant bien connue de tous les amateurs de littérature nord-américaine, Terres d’Amérique.

Je vous invite vivement à lire la très belle préface de Francis Geffard, avec lequel je partage totalement la comparaison culinaire du recueil de nouvelles : un plateau dégustation, aux saveurs et parfums variés, des textes qui savent développer tous leurs arômes en une savoureuse bouchée ! Et qui donnent envie d’y retourner évidemment !

Je partage d’ailleurs absolument tout ce qu’il dit de la nouvelle, et le fait que dans ce domaine les Américains sont  brillants. Comme lui je défends cet art difficile, mal aimé en France. Ce florilège qui nous est offert est l’éclatante démonstration de l’intérêt littéraire du genre, car parmi ces 21 auteurs certains inévitablement abordent le même sujet, mais on n’a jamais la même vision, le même ton, les mêmes angles de vue, l’histoire est à chaque fois autre. Le talent de chacun mis à l’épreuve de la brièveté explose.

« Une nouvelle, c’est vingt à trente minutes de lecture, un objet parfait tant sur la forme que sur le fond. »

udall chiensElles tombaient à pic pour moi, ces short stories, dans une phase où une lecture longue et continue m’était matériellement impossible. Et puis j’aime les nouvelles, j’ai toujours aimé ça.

nJ’aime les nouvelles, j’aime l’écriture venue d’Amérique, et j’aime cette collection. En découvrant cet éventail d’auteurs, j’ai jubilé de les retrouver, je les ai presque tous lus, les recueils de nouvelles de Craig Davidson, Charles d’Ambrosio, Benjamin Percy, David James Poissant ou Brady Udall ( excellent choix ici ) , et les romans de la plupart des autres ( plus de nombreux parmi ceux qui ne sont pas présents ici ). Je me suis aperçue que ces textes étaient restés profondément dans ma mémoire alors que lus il y a longtemps, on croit qu’ils sont à demi oubliés….

davidson Le texte qui a resurgi avec le plus de force est sans conteste « De rouille et d’os » de Craig Davidson, aussi puissant à la seconde qu’à la première lecture, le même chagrin à la fin, les mêmes perceptions, bruit des os qui craquent et odeur métallique du sang. Un grand moment de lectrice, cette nouvelle et le recueil dans son entier d’ailleurs.

Le bonheur de relire Brady Udall, duquel j’avais adoré « Le destin miraculeux d’Edgar Mint », l’humour de Sherman Alexie et l’ironie insolente de Louise Erdrich, la poésie de Joseph Boyden et la rage désespérée de Benjamin Percy. Et puis tous les autres, chacun avec sa voix, son décor, son univers…

boyden nordOn retrouve dans ce livre un tour d’horizon de tout ce que j’aime chez ces Américains, des contes touchants et mélancoliques, drôles et tristes, en colère ou fatalistes, tout ça à la fois. La plupart des histoires se passent dans ce qu’ici nous appelons « la province », cette littérature n’est pas celle des mégalopoles, mais des coins plus ou moins bucoliques où on pêche, chasse, s’alcoolise ou se drogue plus que de raison; des endroits où des pères attendent le retour de leurs fils, des enfants celui de leurs frères ou pères, partis en Irak ou dans quelque autre guerre, des femmes celui de leur époux ou de leur fils. Ces histoires se déroulent en périphérie des villes où hommes et femmes avec ou sans enfants, humains un peu décalés, vivent d’espoir de jours meilleurs,  s’arrangeant avec le quotidien, rêves déçus, jalousies et rancunes, avec la vie, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Ici, on parle d’amour, d’amitié, de vengeance, de solitude, de la jeunesse et de la mort qui vient. Mais ici aussi on rit, on rêve, on fantasme ( étonnante et géniale nouvelle de Karen Russell ), on cogne et on caresse. J’ai pris un plaisir incroyable à retrouver ces textes déjà lus et à découvrir les autres. Zéro déception !

décapotableMa première rencontre avec cette belle collection a été « Dernières épouses » de Judith Freeman, tellement aimé – alors je faisais « la passeuse » en bibliothèque- que je l’ai fait circuler jusqu’à ce que l’objet s’effrite ! Puis sont venus  Sherman Alexie, Joseph Boyden et Amanda, Dan Chaon, Louise Erdrich que j’adore absolument ( pour moi, « Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse » est un chef d’oeuvre ), Bruce Murkoff, Udall et Guy Vanderhaeghe, et David Treuer…Je n’ai pas tout aimé, mais j’ai toujours trouvé des voix originales, des histoires qui m’ont touchée ou captivée, et de nombreux coups de cœur.

poissCôté nouvelles, David James Poissant m’a beaucoup plu, intriguée aussi et j’ai beaucoup aimé retrouver ici « L’homme lézard ».

« Alors oui, la nouvelle est un genre fragile et précieux, et c’est pour cela qu’il faut la fêter, la célébrer. Qu’il faut encourager les lecteurs à lire des recueils et à découvrir de jeunes auteurs. Car défendre la nouvelle, c’est défendre la littérature. »

Quoi nous souhaiter de mieux, à nous autres lecteurs, qu’une longue vie à cette collection, pleine de découvertes et de bonheur, et puis de nombreux anniversaires de cette haute qualité gustative !

Vous pouvez lire un extrait ICI .

 

Publicités

18 réflexions au sujet de « « 20+1 short stories – Nouvelles » : un superbe cadeau aux lecteurs de Terres d’Amérique ( Albin Michel) – »

  1. Bravo,bravo Simone,je me demande juste comment je vais le chroniquer,moi,maintenant.
    Je pourrai ajouter néanmoins que le prix est ridicule par rapport à la richesse contenue.

    J'aime

  2. Un recueil précieux effectivement. J’ aimerais bien l’ avoir dans ma bibliothèque! J’ai découvert cette collection avec David Treuer, puis Joseph Boyden et Louise Erdrich. De fabuleuses lectures…Et comme toi, je lis volontiers des nouvelles. Merci pour cette chronique.

    J'aime

  3. Wow! Voilà un sublime billet qui rend admirablement justice à ce genre si mal aimé. Chanceuse d’avoir pu déjà le lire! Tu te doutes bien que je vais mettre la main dessus dès qu’il se pointera ici, en librairie.
    C’est grâce aux auteurs publiés dans cette fabuleuse collection que mon amour pour la nouvelle est revenu. Depuis, je découvre et savoure…

    J'aime

  4. Ma librairie est en travaux, il n’y a qu’un seul exemplaire de ce recueil perdu quelque part dans la réserve : il m’est réservé, promis, pour lundi soir sans faute, et j’ai hâte !

    J'aime

  5. Contrairement à toi, je n’aime pas beaucoup les nouvelles mais Le paradis des animaux sont une exception, peut-être parce qu’il y a une continuité entre certaines nouvelles.

    J'aime

    • Je sais que beaucoup de gens n’aiment pas les nouvelles, ont un sentiment de « trop peu ». Si tu as aimé Poissant, as-tu lu « Incandescences » de Ron Rash ? Il y a aussi une continuité dans ce recueil. J’ai parlé aussi il y a peu de Joseph O’Connor, avec « Les âmes égarées », il y a aussi un lien entre ses textes…Là, dans ce florilège, un fil qui est l’Amérique, c’est comme une boule à facettes…et tout aussi brillant ! 😉

      J'aime

  6. Merci Simone pour ce partage qui permet de découvrir des auteurs vers lesquels on n’irait pas spontanément. Je suis en train de lire Joseph Boyden et j’adore 🙂

    J'aime

      • J’ai adoré les saisons de la solitude et j’attaque Dans le grand cercle du monde. Donc plutôt son versant univers amérindien et historique. Son écriture est d’une puissance !

        J'aime

      • Il est toujours question d’indiens, dans les nouvelles aussi; le pluriculturalisme c’est formidable je trouve, tant sur ce que ça donne littérairement qu’aux « leçons » qu’on peut en tirer. S’enrichir de la différence. C’est vrai, écriture très puissante.

        Aimé par 1 personne

  7. Il me plait ce recueil même si j’ai lu déjà celles-ci citées dans ton billet mais je vois que la liste est longue .. ah Boyden, ou Alexie ! du grand !

    J'aime

  8. Je reviens car je découvre ton blog et je vois tant de points communes … Springsteen et puis la liste des livres que tu as lu et aimés… j’adore les nouvelles, Bruce Machart … et j’ai adoré les Maraudeurs .. bref, je suis déjà comme chez moi par ici !

    http://www.tombeeduciel.com

    J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s