« La place du mort » – Pascal Garnier, éditions Zulma

La-Place-du-mortJe vous avais prévenus, je n’en ai pas fini avec Pascal Garnier. Est-ce dû au format court, mais on a tout de suite envie d’y revenir, et voici cette lecture de 150 pages terminée.

Mon avis ne change pas sur cet auteur atypique. Dans ce roman, Garnier nous dépeint encore une fois des gens de ceux qu’on dit ordinaires. Fabien apprend la mort de son épouse Sylvie dans un accident de voiture, à Dijon. Et par la même occasion, il découvre qu’elle a trépassé en compagnie de son amant.

« Sa première réaction fut d’allumer une cigarette et d’aller fumer à poil à la fenêtre. Il n’avait aucune idée de ce que pouvait bien faire Sylvie dans une voiture à Dijon, mais ce dont il était sûr, aussi sûr que du vent qui ébouriffait les poils de son sexe, c’est que Sylvie était morte. D’une pichenette il envoya son mégot rebondir cinq étages plus bas sur le toit d’une Twingo noire.
-Merde alors… je suis veuf, je suis un autre. Comment je vais m’habiller ? »

animal-21878_1280Dans un désir de vengeance, Fabien va se lancer à la conquête de la femme de l’amant de la défunte Sylvie – vous suivez ? – et…Et le talent de Pascal Garnier est grand, car sur la base de cette histoire au final assez banale d’un homme trahi, il va bâtir un scénario bien noir, avec des manipulations perverses et un vrai suspense, des scènes qu’on peut bien imaginer mises en scène par Sir Alfred, mais dans le cadre bucolique d’une vieille maison bourguignonne.

« Tout le monde sait qu’un excès de bonheur porte autant la poisse qu’un grand malheur. »

Tout ça sans jamais se départir de son humour désespéré, de la précision de bistouri de sa plume, et de son grand don à mettre ainsi à vif ces vies moyennes qui à un tournant inattendu partent en vrille. Jusqu’à la fin, où chacun demeure, malgré tout et fatalement à sa place.

« Fabien eut envie de se lever, de s’accuser d’un meurtre, n’importe lequel, non pas pour soulager Martine mais parce qu’il ne supportait pas le rôle pitoyable qu’on lui attribuait.

Bien entendu il n’en fit rien puisque ce rôle était le sien. »

Une lecture prenante, un vrai suspense, et c’est ainsi que Pascal Garnier est grand.

Publicités

7 réflexions au sujet de « « La place du mort » – Pascal Garnier, éditions Zulma »

  1. C’est le premier livre que j’ai lu de Pascal Garnier, offert par mon fiston. Et je n’ai eu de cesse ensuite de les lire tous (je crois). C’est un auteur très observateur de la vie des gens, dont il nous offre un portrait radical de cynisme, bassesse, mais aussi de naïveté et de tendresse. Grand bonhomme.

    J'aime

      • Dans un autre domaine, puisque nous parlons de mon fils, t’a-t-il conseillé « Les transclasses » de Chantal Jaquet ? Je t’en avais déjà parlé, je viens de le terminer. Assez ardu mais instructif, pour qui s’intéresse à la non-reproduction des schémas familiaux. Cet ouvrage nous offre une vision nouvelle de la condition humaine et donne un sens ou un non-sens à nos combats. Bel éclairage philosophique, sociologique, sur un fond de psychologie sociale et de littérature. Je le conseille vivement à Bernard et à Benjamin, et serais ravie qu’ils me donnent leur avis. A lire aussi les livres de Annie Ernaux, d’après Mathieu. Je vais le faire. Intéressant tout ça au vu de notre difficulté à vivre en France actuellement.
        Excuses moi d’être hors sujet sur ce post.
        Je garde Pascal Garnier pour la détente. Magique.

        J'aime

      • Annie Ernaux ets « essentielle » sur ce sujet ( la reproduction ou non des schémas familiaux ) , bien entendu, Mathieu a raison . J’ai plusieurs de ses livres( lus il y a longtemps, les plus anciens ), je peux les prêter of course !

        J'aime

  2. Mais comment tu fais pour lire tout ça ? Tu ne dors jamais ? Tu sais arrêter le temps ? Comment ça se passe ?! …
    En tous cas, ENCORE un auteur que je ne connais pas et que j’ai maintenant envie de découvrir !

    J'aime

    • Oh, en ce moment, je ne lis pas des tonnes. En ce moment, deux : un le jour et un le soir. Je suis un peu fatiguée, je vais au jardin plutôt ces derniers temps. En tous cas, si je ne me trompe pas sur toi, je crois que Pascal Garnier te plairait beaucoup. Tu peux essayer avec « La théorie du panda » ou bien « Lune captive dans un oeil mort » ou bien en fait n’importe lequel ! C’est tout bon, mais certains sont vraiment drôles et noirs. J’en ai chroniqué 5, tu peux faire un choix sur le blog !

      J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s