« Illska, le Mal » – Eiríkur Örn NORÐDAHL, éditions Métailié, traduit par Éric Boury

Illska (1)Concernant la trame de ce roman, j’ai trouvé approprié de donner la parole à l’auteur. Ce jeune homme est simplement remarquable d’intelligence dans son propos et je ne vois pas trop quoi dire de plus que : « Lisez ce livre. » Néanmoins mon sentiment après ce qui vient de se passer dans notre pays, est qu’il nous faut à toute force écouter ces voix, celles des auteurs et des artistes en général car ce sont eux, qui bien mieux que les discours entendus en boucle sur les ondes, dans tous les médias et sur toutes les images, ce sont eux qui nous disent le monde, qui le décryptent et nous incitent à réfléchir. Bon, c’est vrai je parle peut-être pour moi, mais ce sont ces plumes si neuves, si vives, qui m’ont toujours fait avancer. Si les Antiques et les Lumières, si nos auteurs les plus fameux du XXème siècle nous ont apporté beaucoup, je trouve qu’il faut vraiment défendre et soutenir ces écrivains présents ici et maintenant, et s’ouvrir à tous les pays. Car ils sont l’amplitude de l’horizon non seulement des paysages, mais aussi des esprits, ils nous éclairent et nous aident à comprendre le monde. Je lui laisse donc dire l’essentiel sur les différents sujets abordés dans le livre, de l’amour, de la guerre, de la haine…Ainsi parle ce brillantissime islandais à propos de son livre et de son île …

Ce roman sera pour moi, avec « Confiteor » de Jaume Cabré, dans ma liste personnelle des chefs d’œuvre. L’ironie y est maniée avec brio, la construction du texte est d’une rare intelligence, soutenant un propos d’une grande honnêteté – l’auteur atteint son objectif – j’ai ri, parfois avec mauvaise conscience.

fence-444416_1920 (1)

« Après avoir échangé des baisers à leur premier rendez-vous, puis au cinéma à leur deuxième entrevue (je ne considère pas leur rencontre dans la file d’attente du taxi comme un « rendez-vous »), Omar et Agnès décidèrent de s’offrir une balade en voiture la troisième fois qu’ils se virent. Agnès alla le chercher aux aurores chez lui, dans le quartier de Thingolt, et ils prirent la direction de la lointaine province de Fljotsdalherad, dans l’est du pays. Ils ne s’accordèrent aucune halte en chemin, la route était assez longue comme ça. Pendant le voyage, ils discutèrent de l’Holocauste, comme le font généralement les amoureux. »

Les passages consacrés aux mouvements populistes et néonazis, en Europe en particulier, et aujourd’hui, mettent clairement en mots ce qui est noyé dans le flou par le flux constant du discours médiatique:

« Quand les partis populistes se développent, ils empruntent une bonne partie des termes de leur discours aux formations politiques « plus traditionnelles ». Leurs dirigeants apprennent à s’exprimer de manière posée ( plutôt que de postillonner et de vociférer), ils se tiennent bien et sont même coachés par des conseillers en image et des agences de publicité. En revanche, leurs idées ne changent pas, même s’ils utilisent un autre vocabulaire et parlent de « diversité », de « population issue de l’immigration » plutôt que de « Hottentots »ou encore de « bachi-bouzouks ». Les partis politiques traditionnels voient les extrémistes leur prendre des voix et réagissent en appréhendant le fascisme sous un autre angle ( en disant « bachi-bouzouks » alors qu’ils pensent « diversité » ), ce qui ne manque pas de semer une certaine confusion dans l’esprit des gens. »

Et puis et puis, quel superbe travail du formidable Éric Boury ! Son « et tout le bataclan » m’a ravie ( bien que ce jour, ce mot prenne un sinistre écho), je ne sais pas pourquoi, mais ça sonne si juste ! Mieux que tout autre mot. Même si ça semble un infime détail, c’est dans ce genre de détails qu’on trouve la finesse du traducteur; en habituée des livres traduits, je sens là ce qui fait la différence. Je voue une profonde admiration à ce traducteur qui déploie ici tout son talent, pour servir un texte que pour finir je qualifierais d’essentiel; un texte qui va compter dans ma vie de lectrice, pour la somme de bonheur intelligent qu’il procure, pour sa vivacité, son humour dérangeant, sa langue riche et revigorante et enfin pour les thèmes majeurs traités. Une belle et forte voix venue jusqu’à nous par une grande maison d’édition, Métailié. Je termine avec cet extrait, si imbriqué dans l’actualité (d’où l’immense intérêt de ce roman, écrit par un jeune homme de son temps et sur son temps ):

« Qui donc a décrété que les États n’avaient aucune responsabilité envers les ressortissants d’autres États – lorsqu’on assassine les populations par le biais de famines organisées, de guerres civiles et autres horreurs partout dans le monde, est-il moral de ne pas se manifester, de refuser de voir et de comprendre ? De transformer tous les étrangers – ou plus précisément les étrangers pauvres – en criminels (potentiels) ? Et qui donc a érigé en vertu cet égoïsme suspicieux ?

Ne serait-il pas juste que les États doivent justifier- à chaque fois- pour quelle raison ils ne veulent pas autoriser quelqu’un à franchir une frontière ? L’État-nation n’a-t-il pas le devoir de justifier-à chaque fois- ce qui est une entrave à la liberté? »

Je commençais en disant que je n’avais rien à rajouter à ce que dit l’auteur dans la vidéo, et finalement…Je vous invite vraiment à lire ce livre,  jamais sinistre malgré le propos très grave et on ne peut plus sérieux, un roman bouillonnant de vie, bouillonnant de jeunesse en fait, et je trouve que ça redonne de l’ardeur pour tous les difficiles combats qu’il reste à mener. 

Publicités

28 réflexions au sujet de « « Illska, le Mal » – Eiríkur Örn NORÐDAHL, éditions Métailié, traduit par Éric Boury »

  1. Tu es tellement convaincante.
    Ma liste s’allonge, et cela me fait chaud au coeur.
    Je pense avec tristesse que si les extrémistes avaient la moindre compréhension de ce que tu dis, ils canarderaient les bibliothèques … quoi que, il n’y a peut-être pas assez de monde dans ces lieux de pur plaisir.

    Aimé par 1 personne

    • ils les canardent à leur façon, ils prennent des mairies, bientôt des régions, en général, les bibliothèques sont illico ciblées. J’ai une anecdote personnelle à ce sujet, je te raconterai. Ce livre est juste pile en phase avec son temps et apporte une réflexion salutaire

      J'aime

  2. J’ai pensé également à Confiteor pendant ma lecture. Les styles sont différents, mais la thématique tellement similaire. Bizarrement, maintenant que je lis dans ton billet, je me souviens qu’effectivement, il y a dans ce roman beaucoup d’humour, mais une fois ma lecture terminée j’ai quasiment occulté cet aspect de l’oeuvre, dont seul la dimension tragique a continué de résonner en moi… Je te rejoins en tous cas sur le fait que c’est, d’autant plus aujourd’hui, une lecture nécessaire.

    J'aime

    • c’est un livre très dense, et si bien fichu ( comme Confiteor ), qu’on en attrape au vol un aspect, puis un autre, et c’est bien sûr le côté tragique qui en ressort prépondérant, à la fin. Mais oui, grave, sans être sinistre grâce à des pointes d’humour qui arrivent parfois de manière inattendue.Oui, une lecture nécessaire pour son intelligence

      J'aime

  3. J’ai lu « Confiteor » trop vite au moment où je l’ai lu, et me suis promis de le relire à tête reposée. Je vais aussi trouver le temps pour celui-là. Merci pour ce billet si enthousiaste.

    J'aime

    • Ces deux livres ont de nombreux points communs, sur le thème surtout : le mal, celui qui n’a pas fini de faire parler de lui. Un grand livre, pile dans l’esprit du moment. Le même humour que dans Confiteor, pour rendre le propos moins déprimant ça marche assez bien. Difficile de passer à autre chose après un tel bouquin…Je vais aller acheter Craig Johnson, il a le don de me consoler

      J'aime

  4. Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas, aujourd’hui, si j’aurais le courage de le lire. Trop tôt, peut-être … Ou une envie trop forte d’évasion du réel.
    Moi aussi je vais tomber dans l’extrémisme … Tous ces salopards, je voudrais les condamner à des peines exemplaires : lire, lire, lire, jusqu’à ce qu’émerge leur pensée ; lire jusqu’à ce que l’humanité leur explose à la figure ; lire jusqu’à la conscience absolue et irréversible de ce qu’ils ont tenter de foudroyer.
    Hum .. pardon, je crois que je suis en colère.
    Je note ce livre. Mais pour un peu plus tard (j’espère) …

    J'aime

  5. …je louchais déjà dessus ! Il est à la bibliothèque, parti à la reliure et réservé 😉
    C’est vraiment un des livres de la rentrée que je veux lire (et j’aime les livres qui osent aborder la question du Mal comme l’a fait magnifiquement Confiteor bien sûr…)

    J'aime

    • moi aussi; je pense que comme Confiteor, c’est un livre exigeant ( en temps, en attention, concentration ), assez long; moi personnellement j’ai vraiment trouvé ça géant. Dommage en effet qu’il ne soit pas très présent chez les lecteurs

      J'aime

  6. Ping : Illska – Le Mal | Coquecigrues et ima-nu-ages

  7. Ping : Billet d’humeur § Vrai théâtre? | CultURIEUSE

  8. Ping : Quand les Assises Internationales du Roman délocalisent : rencontre avec Eiríkur Örn Norðdahl | La livrophage

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s