« Les livres prennent soin de nous. Pour une bibliothérapie créative »de Régine Detambel – Actes Sud

detambel« Un livre est un engrenage. Prenez garde à ces lignes noires sur du papier blanc; ce sont des forces; elles se combinent, se composent, se décomposent, entrent l’une dans l’autre, pivotent l’une sur l’autre, se dévident, se nouent, s’accouplent, travaillent. Telle ligne mord, telle ligne serre et presse, telle ligne entraîne, telle ligne subjugue. Les idées sont un rouage. Vous vous sentez tiré par le livre. Il ne vous lâchera qu’après avoir donné une façon à votre esprit. Quelquefois les lecteurs sortent du livre tout à fait transformés. »

Victor Hugo, « Proses philosophiques » 1860, cité dans ce livre, page 103

Voici un essai que j’ai enfin lu, après plusieurs recommandations, et voici un livre dont il est difficile de parler sans reformuler ce que dit l’auteure; aussi je me contenterai de vous inviter, vous lectrices et lecteurs compulsifs et affamés, à lire ce petit recueil.

Pour moi, il a confirmé de façon très argumentée tout ce que j’ai toujours pensé de la lecture, de la lecture de fiction en particulier. A savoir que lire peut guérir, ou au minimum aider à se sentir mieux au monde. Bibliothérapie ? Comme l’art – thérapie, elle peut être utilisée auprès des personnes âgées, auprès des personnes en déficience mentale pour les aider à rester sujets de leur vie, à ne pas rester en état de passivité. Régine Detambel, formée à la kinésithérapie et écrivaine, affirme avec force et conviction que les livres ( « les bons livres » précise-t-elle), l’écriture et la lecture, avec leur musique, leur rythme, le grain du papier sous la paume, les livres nous font du bien. Mais qui en doute parmi la petite communauté qui passe de temps à autre sur ce blog ?

read-book-795943__180Je pense avoir déjà dit ici plusieurs fois, au travers de mes articles, ce que m’ont donné et me donnent les livres, les romans en particulier. Outre des voyages immobiles bien loin dans les lieux, les temps, les êtres, outre cela, les livres m’ont donné une compagnie moins silencieuse qu’il n’y paraît – au contraire parfois tapageuse ! – , la lecture m’a sortie de moi-même quand j’en éprouvais besoin ou nécessité pour revenir plus claire et réconciliée. Les livres m’ont fait rire, pleurer, frémir, enrager, froncer les sourcils, sourire ou marmonner, même – très juste, ce que dit Régine Detambel sur l’implication corporelle du lecteur – , j’ai tenu fermé contre moi un roman terminé à regret – « Price »- en caressant la couverture, comme on serre un ami dans nos bras contre nous, parce qu’il s’en va. J’en ai aussi enfermé quelques uns dans des cartons et dans le noir, pour ne plus les voir.

SAM_4447Je termine avec cet extrait, dans lequel je reconnais tout de moi lectrice, et vous affirme que ce livre est bon et beau, la plume est réjouissante, on la sent bien nourrie de belles pages, on est emmené dans cette passion dévorante pour les mots et ceux qui les écrivent, et l’envie immense de faire œuvre de construction de cet amour des livres.

« Les livres ont toujours été accueillants aux exilés. Nous sommes nombreux à avoir usé et abusé de l’hospitalité de la lecture, de son caractère englobant, maternant. Lire est un moyen de résister à l’exclusion, à l’oppression; lire est un moyen de reconquérir une position de sujet, au lieu d’être l’objet moqué du discours des autres.

Lire, c’est mon pays. Rien ne manque quand je lis, le temps disparaît et je ne dépends de personne pour cela. Les histoires réparent, dans un livre on est toujours chez soi. »

 

 

Publicités

21 réflexions au sujet de « « Les livres prennent soin de nous. Pour une bibliothérapie créative »de Régine Detambel – Actes Sud »

  1. Je serais bien en peine de dire pourquoi vraiment j’aime tant la lecture, au point de lui consacrer une si grande partie de ma vie, au point d’en avoir fait mon passionnant métier… c’est souvent difficile de décrire une passion…

    J'aime

    • D’accord avec toi. J’ai aimé ce livre, beaucoup, parce qu’elle a fait de sa passion de la lecture un métier – comme toi – , accolé à la Kinésithérapie et c’est très intéressant. Moi, je crois que je saurais trouver des tas de raisons qui font de la lecture un élément essentiel de ma vie. Je me souviens très bien de périodes où je n’arrivais pas à lire ( des moments où je bossais à l’usine, tu rentres le soir, le cerveau vide…) et du véritable désarroi dans lequel ça me plongeait. On sait qu’on ne peut pas vivre sans ça ( pas BIEN vivre ) mais tu as raison, c’est difficile à exprimer parfois

      Aimé par 1 personne

  2. La lecture: une bouée de sauvetage dans les moments douloureux, une compagnie dans la solitude, des rêves, des rires et des émotions, des coups de cœur et des déceptions, des découvertes et des relectures… Maman dit que je suis née avec un livre dans les mains 🙂
    Je viens de lire « Profanes » de Jeanne Benameur, une auteure qui me transporte, m’émeut et me fait réfléchir…
    Bisous

    J'aime

    • Oui, tout ça et tant de choses encore, …Jeanne Benameur, j’ai adoré « Les demeurées » et « Laver les ombres », mais pas trop « Profanes » que j’ai trouvé trop construit, moins sincère. Et en suivant l’auteur, une tendance à ressasser un peu certains thèmes. Elle a écrit aussi pour la jeunesse, j’ai bien aimé

      J'aime

  3. Repéré aussi bien sûr… Comment ne pas être tentée et en même temps comme tu dis ça fait longtemps que nous le pratiquons nous, LCA (lectrice compulsive anonyme :0) la bibliothérapie… Depuis toute petite les livres sont ma fenêtre ouverte, mon ciel, ma liberté !! Sans livres je ne pourrais pas vivre et ce n’est pas de vains mots, c’est la réalité !! Je rajoute ton billet avec les autres dans vos billets tentateurs du mois d’avril, bisous

    J'aime

    • Merci, c’est gentil ! Ben c’est sûr, nous faisons quotidiennement notre bibliothérapie, en cure ou en gymnastique d’entretien. Régine Detambel l’utilise surtout avec des personnes qui n’y auraient pas pensé ou empêchées de le faire. Elle donne aussi des formations je crois ( j’ai mis le lien vers son site ).
      Souvent, les gens pensent qu’on abuse quand on dit qu’on ne pourrait pas vivre sans les livres, et pourtant…

      J'aime

  4. Je ne lis que des romans, les essais m’endorment… mais j’aime beaucoup ta citation finale.
    J’ai été aussi parfois dans l’incapacité de lire, mais plutôt pour des raisons psychologiques, incapacité à lire la vie d’autrui tellement la mienne m’était difficile à vivre, de m’intéresser à quoi que ce soit d’autre, mais ce fut rare et j’ai toujours été une lectrice compulsive depuis mon plus jeune âge. Je ne crois pas non plus que je pourrais me passer de lecture, c’est mon évasion quotidienne.

    J'aime

  5. Tout est si vrai dans ce billet que tu nous offres. Les romans illustrent l’universalité humaine malgré les différences géographiques, culturelles et linguistiques. Ils nous rapprochent les uns des autres et nous permettent de supporter les douleurs inévitables de la vie. Sans toutes ces histoires que serions-nous?
    Je ne connaissais pas (ou bien je ne me rappelais pas) de cette citation de Victor Hugo, un grands parmi les grands, et j’aime beaucoup aussi.
    Je te souhaites un bel été plein de belles lectures.

    J'aime

    • Oui, c’est tout à fait ça. Et l’idée de soigner, réparer…les gens en détresse avec les livres, les textes, c’est vraiment quelque chose en quoi je crois.
      L’auteure a émaillé son essai de citations, dont celle-ci, mais aussi d’autres belles plumes. Un beau livre, utile et bienfaisant

      Aimé par 1 personne

  6. Elle est passée à la Grande Librairie de Busnel, j’avais apprécié la personne et je suis déjà convaincue par ses, tes arguments! J’ai reçu plein de bons en librairie, je me réjouis de les dépenser. Depuis hier, je suis une retraitée précoce heureuse! je vais enfin pouvoir lire la journée ailleurs qu’en vacances. Le paradis.

    J'aime

    • Oh ! Formidable ! J’imagine que tu seras une retraitée très active !Oui, je l’ai écoutée. Et j’ai bien aimé aussi cette personne. Dans ce livre elle parle de sa myopie, c’est très intéressant…Sur la perception des choses. Je suis une myope détectée tard, et j’ai bien compris ce qu’elle disait

      Aimé par 1 personne

  7. Le livre, pourtant bref, a fini hérissé de post-it ! Néanmoins une frustration : si le bouquin décrit bien le plaisir de lire , ses bienfaits, on ne devine guère ce que serait une bibliotherapie « active » ( par opposition à l’auto-bibliotherapie que pratique tout « grand lecteur » , de façon un peu plus passive , ou comme M.Jourdain qui fait de la prose sans le savoir en somme) . C’est ce que je venais chercher …et n’ ai pas trouvé 😦

    J'aime

    • Il me semble que Régine Detambel le décrit pourtant, dans les pratiques avec les personnes âgées et les ateliers qu’elle pratique. Ainsi dans ce qu’elle dit sur la lecture à voix haute. Après, je pense qu’elle n’a pas voulu ici écrire un livre trop professionnel, mais accessible à tous. Ayant pratiqué un peu la lecture à voix haute, je pense que c’est ici que s’exerce le côté « actif » de la lecture, en tous cas en pratiquant la lecture à voix haute, j’ai bien saisi la différence pour moi . Il me semble qu’elle parle de ça. 🙂

      J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s