« Les impliqués » , Zygmunt Miloszewski – Mirobole éditions, traduit par Kamil Barbarski

lesimpliques1erecouv

« La plupart des affaires dont s’occupait le procureur Szacki résultaient justement d’une agressivité déraisonnable. Cette hargne découlait d’une colère qui, à un moment donné, se matérialisait sous la forme d’une bagarre, d’un hold-up, d’un viol ou d’un meurtre. Quelle en était l’origine ? Le constat que la vie est terriblement dure, ennuyeuse et frustrante ? L’angoisse de la voir empirer ? La jalousie de voir les autres réussir mieux que soi ? Il se posait souvent la question, sans jamais aboutir à une réponse satisfaisante : d’où venait la rage polonaise ? »

Nouveau pour moi, le polar polonais; et j’ai bien aimé ça, découvrir Varsovie par les yeux du procureur Szacki, et un pan de l’histoire de ce pays.

J’avoue qu’au début, j’ai eu du mal à entrer dans le livre, qui commence par une thérapie de groupe nommée « constellation familiale » , pages un rien fastidieuses, qui pourraient décourager. C’est un peu trop long à se mettre en place, mais je me suis accrochée, parce qu’arrive le procureur Teodore Szacki pour se saisir de l’enquête et il m’a été d’emblée très sympathique. Cette thérapie collective se déroule dans un vieux monastère de Varsovie sous la houlette du professeur Rudzki. Un des protagonistes est retrouvé mort au matin, une broche à rôtir plantée dans l’œil ( là, par contre, ça m’a accrochée ! ). Fonctionnaire d’état mal payé, heureux possesseur d’une vieille Citroën, époux de Weronika et père d’une fillette de 7 ans, l’homme est ici tenté par le charme d’une jeune journaliste; il est encore jeune, pas 40 ans, mais se sent un peu à l’étroit dans sa vie personnelle et professionnelle. C’est grâce à lui que j’ai poursuivi ma lecture et j’ai bien fait. La Pologne, Varsovie ne me sont pas familières, l’auteur fait ici une peinture très réaliste de la vie quotidienne.

« Les courses lui avaient pris deux bonnes heures.  Lorsqu’il eut fini, il tenait à peine sur ses jambes. Il avait l’impression que, sans le chariot, il se serait écroulé. Il avait honte de découvrir qu’il ressemblait à tous ces zombies qui poussaient devant eux leurs fromages, leurs savons, leurs viandes, leurs désodorisants pour chiottes et leurs bouquins de Dan Brown. Il aurait tant voulu être différent, se sentir exceptionnel, se perdre, s’oublier, changer, tomber amoureux. »

Alternant les chapitres avec des pages d’infos de 2005, l’auteur dévoile l’histoire de la Pologne avant la fin du communisme, qui bouge encore en souterrain, qui a gardé ses vilains secrets et même parfois les perpétue.

warsaw-230776_1280L’enquête en elle – même n’a pas été pour moi l’atout majeur du livre, mais ce sont bien les personnages, l’écriture, le ton souvent ironique, l’ambiance générale qui m’ont absorbée ensuite jusqu’à la fin de ce bon roman. Notre procureur va poser pièce à pièce les morceaux de ce puzzle compliqué, tout en draguant sa journaliste Monika, mais finalement sans conviction. Il nous mène par le bout du nez (parce qu’on ne connait la vérité qu’à la fin, sauf si on est un fin limier ) jusqu’au dénouement . En voici encore un, de ces enquêteurs au caractère bien dessiné, car même si Szacki n’est ni franchement dépressif, ni alcoolo, il n’en est pas moins intéressant ! Un second livre est déjà paru, mais vous le savez, comme le lapin d’Alice, je suis en retard, en retard ! 

Ah ! J’oubliais ! Pour ceux qui en bavaient déjà avec Erlendur et les noms islandais: courage avec le polonais !

Moi, je souhaite un bel avenir à ce personnage, Teodore Szacki.

panorama-288383_1280

Publicités

10 réflexions au sujet de « « Les impliqués » , Zygmunt Miloszewski – Mirobole éditions, traduit par Kamil Barbarski »

  1. Je ne sais pas si je vais noter la référence de celui-là parce que je n’arrive plus à suivre… et que je suppose qu’il n’est pas paru en poche. Je n’achète que des livres de poche parce que sinon je me ruinerais… et je n’arrive pas à aller en bibliothèque car je n’aime pas du tout rendre les livres !
    Je pars une quinzaine de jours (pas d’ordinateur) et j’emporte plusieurs livres de tes « recommandations »… je te dirai à mon retour ce que j’en ai pensé.

    J'aime

    • Alors bonnes vacances ( si ce sont des vacances ! ) et oui, ce livre est en poche chez Pocket ! Moi j’aime bien les bibliothèques, si j’y trouve aisément ce que je cherche. Je vais m’inscrire à Mâcon bientôt. Moi non plus je ne suis, mais on s’en fiche, hein ! Chacun à son rythme !

      J'aime

  2. Je connais peu la culture polonaise mais ce billet donne envie de la découvrir un peu plus à travers ce livre et de découvrir aussi un peu plus cette maison d’édition.

    J'aime

  3. C’est drôle, j’ai fini il y a peu un polar polonais qui pourrait te plaire. « Sur les ossements des morts » de Olga Tokarczuk qui semble très célèbre en Pologne (oui, bonjour les noms de famille…). A part les digressions astrologiques, je ne me suis pas ennuyée!

    J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s