« Tristesse de la terre – Une histoire de Buffalo Bill Cody » de Eric Vuillard – Actes Sud, coll. Un endroit où aller

tristesse de la terreCe livre, qui n’est pas un roman et dont on a beaucoup parlé en cette rentrée littéraire, appartient à la catégorie nommée OLNI *par ma copine Mary la libraire littéraventurière, elle le dit de ce livre et elle a raison. J’ai été captivée et aussi envoûtée par cette écriture, par la forme choisie pour cette histoire. Car c’est grâce à cette façon de rythmer les mots et les phrases, grâce à la poésie et à la beauté de l’ensemble qu’Éric Vuillard nous raconte l’œuvre de Buffalo Bill Cody – oui, celui-là même qui fit carburer notre imagination quand on était mômes –  son Wild West Show; Buffalo Bill, le père du reality show, du spectacle de masse et du show business en quelque sorte. Il faut au minimum la force et la délicatesse de cette écriture pour nous ramener à la réalité de ce qui fut le sinistre acte fondateur de la grande Amérique : massacre, avilissement, confiscation des terres et extermination des  peuples indiens et de leur culture.

Cody est ce qu’on appelle un « viveur », boisson, jeu, femmes…Mais il a ce goût du spectacle et imaginez, 1906, arrivée en France, en Alsace-Lorraine, de ce convoi :

wild west« […]1200 pieux, 4000 mâts, 30 000 mètres de cordage, 23 000 mètres de toile, 8000 sièges, 10 000 pièces de bois et de fer, et tout ça devait former une centaine de chapiteaux éclairés par trois dynamos et surplombés par tous les drapeaux du monde. La troupe comptait huit cents personnes, cinq cents chevaux de selle et une dizaine de bisons. On aurait dit une autre arche de Noé. »

Et bien sûr des Indiens. Car ce qui se joue et se rejoue dans l’arène, c’est la mort du peuple Dakota : »Le présentateur annonce alors un épisode extraordinaire: »La mort de Sitting Bull, avec son vrai cheval et sa vraie cabane, recueillis par les soins de Buffalo Bill ». » Pour le plaisir des spectateurs, pour leur jubilation haineuse : « Mais le public est là pour les haïr, il est venu pour les regarder et les haïr. »

1024px-Wounded_Knee_aftermath3Je ne vais pas raconter, mais il est question de la « bataille » de Wounded Knee, qui ne fut en fait qu’un atroce massacre, le but assumé de Sherman : « N’avait-il pas fait le vœu de rester dans l’Ouest jusqu’à ce que tous les Indiens, absolument tous les Indiens – et ce sont là ses propres mots –  aient été tués ou déportés? » C’est donc bien là le sinistre fil qui conduit l’humanité au cours des siècles ? L’idée affreuse de construire de nouvelles sociétés, de nouveaux états sur la mort et des cadavres ?

sioux4-full-300x235Émaillé de ces anciennes photos en noir et blanc, le texte de Vuillard en dit la réalité cauchemardesque, en un brutal mais salutaire retour aux faits, têtus, comme on le dit…L’image de ce groupe et de ce vieil homme assis, un vague et pauvre sourire sur les lèvres…Ce qu’il écrit là, sur ces photos, est bouleversant, plein d’une infinie tristesse :« Que le bonhomme du Dakota nous pardonne. Qu’il nous ramène de  son prétérit, s’il le peut, sa besace de soucis, là où les fragments d’Histoire s’emboîtent comme des mâchoires. Regardons-le une dernière fois. Aimons sa tristesse; son incompréhension, nous la partageons, ses enfants sont les nôtres, son petit chapeau nous irait peut-être! Regardons-le. La nuit est blanche. Souffle-moi ce qu’il faut écrire. S’il te plaît, ne me montre plus ton visage, ne me regarde pas. La terre est triste, le corps est seul. Et toi, tu es là, roi pauvre, ayant pioché la mauvaise carte. »

Ce chapitre intitulé « Histoires », où l’œil de l’auteur s’arrête sur ces photos, m’a fait pleurer, ce n’est pas possible autrement, quand il nous parle et nous dit si bien, avec tant d’empathie et de chagrin, ce que révèlent ces visages: « Regardons-les encore. On n’éprouve pas seulement un étrange malaise à voir leur misère, on ressent une sorte de sympathie, oui, n’ayons pas peur des mots, on éprouve de la sympathie. Mais d’où vient-elle, bon Dieu, cette sympathie, depuis le début des temps, d’où vient-elle ? On ne sait pas. C’est une chose qui vous traverse le corps, les yeux, et qui prend la gorge et remplit la poitrine de larmes. »

Je vous laisse le reste à lire, c’est beau, c’est fort, c’est révoltant, c’est de la littérature, j’ai aimé énormément ce texte, sa construction, son contenu, tout…Et si vous voulez connaître le destin de la belle princesse de la couverture Zitkala Sa ( en 1898 ), ouvrez ce petit livre…

* OLNI : Objet Livresque Non Identifié

Publicités

13 réflexions au sujet de « « Tristesse de la terre – Une histoire de Buffalo Bill Cody » de Eric Vuillard – Actes Sud, coll. Un endroit où aller »

  1. Waouh, quel enthousiasme ! J’ai beaucoup aimé également. Et je dois dire que la photo de couverture qui est vraiment magnifique n’est certainement pas pour rien dans l’attrait de ce livre..

    J'aime

    • Oui, j’ai adoré, parce que c’est un sujet qui m’a toujours intéressée et qu’il est traité là avec un talent d’écriture remarquable, qui le rend encore plus touchant. J’ai eu du mal à écrire parce que beaucoup de choses ont été dites; alors j’ai fait simple et avec mon coeur

      J'aime

  2. J’ai pas mal entendu parler de ce livre depuis la rentrée, l’auteur était par exemple à America et il en a été question dans plusieurs émissions de radio. Pas toujours en bien d’ailleurs, je me souviens par exemple de critiques assez vives sur la mauvaise qualité des photos.
    Mais il ne fait pas de doute que je le lirai, car je m’intéresse de plus en plus au roman western, dans sa forme la plus contemporaine, même française…

    J'aime

    • Ah ! eh bien sur la qualité des photos, la critique est un peu bête, hein ! Des photos de 1890 ( si je ne me trompe pas ) prises sur Wounded Knee après le massacre, il aurait fallu les retoucher, peut-être ? Comme les rides des stars ? Pour faire plus joli ? Un champ de bataille esthétique, quoi…J’ai vraiment trouvé ce livre splendide et fort; ce n’est pas un roman, à peine du western, c’est de l’histoire et de la littérature; une réflexion sur la naissance du spectacle de masse et du reality show, aussi…je serai contente d’avoir ton avis. Il y a un tel fossé entre les lecteurs et la critique, parfois …Comme toi, le roman western j’aime ! J’ai trouvé drôlement bien « Faillir être flingué » et je suis fan de « Lonesome Dove » ! 🙂

      J'aime

      • ah ! d’accord ! bof, ça ne retire rien à la qualité du texte…Le format de cette collection a fait ça, je pense…Toutes les photos, si on veut en voir plus sont sur Wikipédia, ou d’autres sites sur cette histoire, et le massacre de Wounded Knee, je suis allée les regarder, c’est terrible.

        J'aime

  3. Superbe couverture et super revue pour un livre que je n’ai pas lu (pas encore!)
    J’adore la catégorie Objet Livresque Non Identifié. Plait-elle vraiment aux libraires? Mary? Ici on veut toujours que les livres entrent dans une catégorie bien définie pour des raisons de classement sur rayonnage. C’est dommage car en effet certains livres ne répondent pas à un genre particulier et ce qui en fait leur attrait.

    J'aime

    • Je suppose qu’en librairie, c’est comme en bibliothèque : on veut classer…Compliqué, parce que par exemple, ce livre–ci, si j’étais encore en bibliothèque, j’aurais envie de le faire lire à un large public, qui ne fréquente que peu – en tous cas dans notre secteur rural – les rayons documentaires, et puis je trouve que c’est plus que de l’histoire, c’est aussi sociologique, et c’est aussi littéraire…Le public veut aller directement à c qu’il cherche, souvent ( il n’y a pas tant de curieux que ça ) ainsi, on sépare encore le roman noir et polar du reste des romans parce que le lecteur de ces genres est souvent monomaniaque, ne lit QUE ça, et veut aller fouiller dans SON rayon; si on met toute la littérature ensemble, il grogne ! Et bien sûr, les bibliothèques sont des lieux où l’usager est roi ( comme le client l’est en librairie ) et donc…Parfois après d elongs débats…on sépare
      En tous cas, Evelyne, super bouquin que celui-ci

      J'aime

  4. J’ai toujours aimé ce peuple indien d’Amérique qui a beaucoup souffert. J’ai regardé, enfant, tous les westerns pour comprendre les raisons de son massacre. Mais aujourd’hui, même si j’aime toujours ce peuple, je n’ai plus trop le désir de lire ce genre d’histoire. Peut-être m’y remettrai-je un jour? Ce roman doit être bien sûr superbe!

    J'aime

  5. Ping : Livre Inter – Tristesse de la terre – E. Vuillard | Coquecigrues et ima-nu-ages

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s