« Contes et mécontes » de Mark Twain – éditions Allia, traduit par Gabriel de Lautrec, François de Gaïl et Marie-Andrée Gauvin

book_185_image_coverVoici une lecture comme un bonbon acidulé; on en savoure l’ironie sucrée, on en goûte l’acidité rafraîchissante : un régal ! Je connais, comme beaucoup d’entre nous, le Mark Twain de Tom Sawyer et Huckleberry Finn, les deux galopins de notre enfance qui nous faisaient rêver d’aventure.
En devenant adulte, on comprend mieux toute l’irrévérence de ces livres, on lit ce petit recueil et on rit, beaucoup, à cet humour raffiné et qui pourtant frappe fort .
Twain manipule l’ironie satirique avec brio, assène au lecteur des « morales » pour le moins inattendues…mais si justes ! Ainsi se succèdent « Histoire du méchant petit garçon » et « Histoire du gentil petit garçon » dans lesquelles on retrouve l’insolence des héros de notre enfance, Tom et Huckleberry, et la leçon qui en découle est d’une telle justesse ! Twain se moque des Français, des bien-pensants de son époque, des gens de pouvoir, et de la naïveté humaine. Mention spéciale au « Journal d’Adam » dont voici le début :
« LUNDI : Cette nouvelle créature aux longs cheveux est encombrante. Elle traîne partout et me suit toujours. Je déteste cela, je ne suis pas habitué à la société. Je voudrais qu’elle reste avec les autres animaux. Il fait gris aujourd’hui, le vent est à l’Est; je crois que « nous » aurons de la pluie. Je dis : « Nous », où ai-je appris ce mot? Je m’en souviens maintenant, je le tiens de cette » nouvelle créature ».
Mark_Twain_SaronyEt la dernière, « La place de l’homme dans le monde animal » est une perle, qui remet en perspective ce qu’est l’Humanité:
« L’Homme est l’Animal religieux. Le seul. Le seul animal qui possède la Vraie Religion – c’est-à-dire plusieurs. Il est le seul animal qui aime son prochain comme lui-même et qui lui tranche la gorge si sa croyance diffère de la sienne. Par amour pour ses frères, s’évertuant à leur faciliter l’accès au Ciel, il a transformé le  monde en un cimetière. »
Autant vous dire que j’ai adoré ce petit recueil et que je vous le conseille, si vous aimez les « pamphlets satiriques, déguisés en récits humoristiques. » ( note de l’éditeur )
En savoir plus sur Mark Twain, ici
 
Publicités

9 réflexions au sujet de « « Contes et mécontes » de Mark Twain – éditions Allia, traduit par Gabriel de Lautrec, François de Gaïl et Marie-Andrée Gauvin »

  1. Les citations sont délicieuses, en effet. Je ne suis pourtant pas une grande fan de Mark Twain et Huckleberry Finn m’a fait passer de sombres heures sur les bancs de l’université pour vraiment pas grand chose. Mais là, vois-tu, peut-être que si j’arrive un jour à me sortir la tête de la Passe-miroir et que ce livre me tombe sous la main, alors peut-être, peut-être…

    J'aime

    • Mark Twain, comme tant d’autres, est à explorer en solitaire, le soir au fond du lit et à la lampe de poche. L’école ( quel que soit son degré ) a hélas souvent une grande capacité à nuire aux auteurs, c’est triste, mais c’est vrai. Et ce n’est pas forcément la faute des profs…Bon, là, c’est encore autre chose, je te jure que c’est juste génial !

      J'aime

      • 100% d’accord sur l’ecole qui ruine le gout de certaines lectures. Dommage. Moi non plus je n’etais pas une fan de Mark Twain jusqu’a ce que je le lise en anglais aux USA et cela m’a donne une autre perception de ses ecrits. Merci pour nous rappeler ce grand ecrivain. Sorry for the accents!

        J'aime

      • Je ne l’ai connu que hors cadre scolaire, et j’ai eu des jeux d’enfant pas très loin de ceux de ses personnages…Pour parler sérieusement, trop de gens sans réelle connaissance du monde de la littérature jeunesse interviennent auprès des enfants. Pour les enseignants, auxquels je ne jette pas la pierre parce que dans un carcan ( ceci dit, je pense qu’on peut toujours essayer d’en sortir…) – et je suis d’une famille d’enseignants sur trois générations, hein ! -, il y a un problème évident de formation sur des notions essentielles( j’ai rencontré des instits qui n’aimaient pas lire, et les livres de fait ). Quant à tout le petit monde qui s’improvise en quelques jours lecteur, conteur, comédien que sais-je encore…pffff ! je songe à ceux qui ont travaillé dur et longtemps sur le sujet et qui doivent être dépités de tout ça. Mais enfin bon ! Ils se font plaisir sans penser à mal, n’est-ce pas ?
        Lire seul, en dehors des contraintes sans personne pour nous dire quoi penser, quoi ressentir, ou comment classer…ça, c’est la liberté qui fait grandir.
        Et ces traces du « penser juste », comprendre juste » ont la vie dure ! Preuves en sont mes scrupules souvent à envisager mes lectures à contre-courant de ce que « tout le monde » en a dit

        J'aime

  2. Comme promis, je repars en arrière vers tes anciens posts ! Fichtre, nous sommes que le 21 juillet, j’ai toutes les vacances devant moi ! Comme si souvent, je n’ai pas lu Twain…Quand je lis ton blog, je suis anéantie par la masse de livres que je pourrais lire…Celui ci me parait frais de goût ! Allez, une fois de plus je le marque dans mon carnet spécial SOS inculture ! Tu vois, j’ai encore de l’espoir ! Bises bises ma Livrophage

    J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s