« Terminus Belz » d’Emmanuel Grand, éditions Liana Lévi

CVT_Terminus-Belz_9249J’ai écouté Emmanuel Grand, aux Quais du Polar, à propos des mythes et légendes dans le polar. Et je viens de finir son livre… Franchement j’ai pris un grand plaisir à cette lecture et il faut saluer là un très bon premier roman. J’en ai parlé hier au soir avec le copain Bruno, il me restait 50 pages à lire et il m’a fait comprendre que la fin lui avait parue moins bonne que le reste ( voire : mauvaise ). Certes, sans doute un peu trouvée dans la panique du dénouement qui arrive tandis que l’auteur, emporté dans l’aventure, s’est un peu fait pièger par les mythes et les légendes, pas faciles à placer dans un roman policier … Je vous laisse maîtres de penser ce que vous voulez de cette fin, bien sûr pas terrible terrible, un peu à la va-vite, mais bon…Pour le reste je me suis régalée ! Emmanuel Grand écrit très bien, a de l’humour ( ah ! que j’aime ça ! ), un sens critique bien agréable, et met en scène des personnages que j’ai beaucoup aimés. Pour résumer, l’histoire est celle de clandestins ukrainiens (l’un d’eux, Marko, est le héros ), poursuivis par la mafia roumaine ( le méchant Dragos).  Marko va se planquer sur l’île de Belz, dans le Morbihan, où l’attendent de bien étranges aventures. Je n’en dis pas plus, ce serait dommage. Franchement, parmi mes scènes préférées, celles qui décrivent la  poursuite des fugitifs par Dragos : dialogues drôles, descriptions poilantes, pas de pathos et ça saigne ! Et puis il y a ces fichus bretons ! Comme je les aime : butés, buveurs et bagarreurs, mais sympas…ou pas ! En tous cas, des personnages bien dessinés,  Grand ne reste pas en surface, et on se sent en compagnie humaine. Le choc des cultures, l’arrivée d’un étranger dans ce petit monde ( c’est une île ), tout ça est bien vu, avec justesse, sans excès ce qui en fait la crédibilité.

512px-Croix-celtique-Saint-CadoL’ambiance y est avec l’océan, les marées, la pêche, les pintes au bar, les landes sous le vent, le curé ( à ne pas oublier ! ) et …l’Ankou ! Alors c’est un peu là que le bât blesse dans le scénario: cette Mort qui apparaît à plusieurs reprises ne trouve aucune explication valable à la fin…Bon, je pardonne, pas grave, parce que dans le fil de la lecture ça passe tout seul ( et pour ma part je n’aime pas trop le « fantastique » ). Marko qui devient marin, c’est pas mal non plus, on a le mal de mer avec lui, ça tangue, et les vrais de vrais ricanent sur le quai en le voyant terrassé par les nausées ! En tous cas on ne s’ennuie pas une seconde, entre Bretons et Roumains, morts violentes et apparitions étranges, le temps passe vite, à Belz !

tempete 2Franchement, un bon livre, qui n’exige pas trop du lecteur, mais lui donne beaucoup de plaisir, en tous cas, pour moi, une vraie détente ! Un auteur prometteur, s’il fignole un peu ses chutes !

A lire, pour vous familiariser avec la mort à la mode bretonne :

http://francelegendes.doomby.com/pages/content/l-ankou.html

Et écoutez Emmanuel Blanc :

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « « Terminus Belz » d’Emmanuel Grand, éditions Liana Lévi »

  1. J’en entends beaucoup parler, et il est dans la PAL cachée de ma tête (celle que je met en ligne n’est pas exhaustive!). Mes collègues l’ont bien aimé, et ont trouvé qu’au final il ne s’en sortait pas si mal avec son Ankou, parce qu’il faut bien avouer que c’était un coup à se casser la figure.
    En attendant, je viens de finir un autre premier roman…époustouflant !

    J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s