« Heureux les croyants, mais je préfère mon angoisse et ses yeux grands ouverts. » François Cavanna

Très triste hier en apprenant la mort de François Cavanna. Si je devais retenir un livre de ce « voyou », ce serait « Les Ritals », …oh et puis « Les Russkofs » aussi . J’aimais sa moustache, ses beaux yeux, sa verve, et son amour de la langue ( oui, ce ne sont pas ceux qu’on croit qui la défendent, cette langue … ). Père de » Hara Kiri, journal bête et méchant », et de « Charlie Hebdo », précieux pétards dans la mare aux canards… ( tiens, pour rester dans le sujet et l’esprit, lisez ça  )

Ecoutez cet interview, complète et qui le laisse parler ( pour une fois), toute une histoire, édifiante, d’un petit rital…

cavanna« J’étais stupide parce que je croyais à ce qu’on m’avait enseigné à l’école. A ce que chacun de mes instituteurs, l’un après l’autre, chacun de mes livres de classe, m’avait répété avec une conviction d’apôtre : que l’on n’étudiait pas POUR un résultat pratique (gagner de l’argent, se hisser dans la société, acquérir de l’honneur, de la puissance ou même posséder un métier) mais pour le pur plaisir d’apprendre, de savoir, de comprendre. »

( « Mignonne, allons voir si la rose… » – François Cavanna – Albin Michel – 2001 )

Publicités

10 réflexions au sujet de « « Heureux les croyants, mais je préfère mon angoisse et ses yeux grands ouverts. » François Cavanna »

    • Oh désolée ! Il faut le lire parce qu’ il adorait la langue et la servait avec respect; il disait : « Si je n’écris pas, je crève !  » Un peu à la manière de Brassens, l’irrévérence dans des termes impeccables…

      J'aime

  1. J’ai été très émue hier, je garde un merveilleux souvenir de cet homme et de ses « Ritals » – mon grand-père étant immigré italien, c’est le livre familial ! Et tant qu’on en est aux mauvaises nouvelles… Henning Mankell vient d’annoncer son cancer, apparemment assez sérieux. Sur ce, je vais récupérer ma corde et mon tabouret.

    J'aime

      • Je suis bien d’accord. J’ai laissé tomber la corde et le tabouret, mais pour Mankell, si jamais ça finit mal, je ne te raconte pas dans quel état je vais être. Je le tiens en aussi haute estime que notre ami Craig, et ses lectures de Wallander m’ont tellement aidé que… Bref, voilà quoi.

        J'aime

      • Il faut juste réaliser que de ce côté nous sommes tous égaux…la maladie frappe un peu partout…Je te comprends pourtant, certains auteurs et certains livres sont des planches de salut, des masques à oxygène…Je pense que je vais bientôt écrire un article sur la mythologie propre au lecteur invétéré…J’y pense souvent, mais il va me falloir du temps…Allez ! une bise, jeune fille !

        J'aime

      • Ouais ! volontiers ! Mais il faut que je m’y mette, c’est pas facile, ça fait longtemps que j’y pense. Nous nous créons notre panthéon, nous, lecteurs, et parfois, il y a l’épreuve du feu : on entend un auteur aimé dire un truc moche, par exemple, et la divinité tombe de son socle, ou bien, comme quand j’ai rencontré Craig Johnson , il est en tous points tel qu’on l’avait fantasmé et l’idole reprend une couche d’or ! parfois des surprises, comme la rencontre avec David Vann, le type dont on se dit qu’il doit être absolument sinistre et un peu effrayant, s’avère drôle, lumineux…mais effrayant quand même, d’une autre façon que celle qu’on avait imaginé

        J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s