Et je n’ai pas tout dit…

Comme je ne dormais pas, je repensais à « Animaux solitaires », c’est le genre d’effet que produit ce genre de roman, il resurgit dans l’esprit quand celui-ci est vacant ( ben oui, y a pas qu C…- C… qui colonise les cerveaux ! ), et à tout ce que je ne vous ai pas dit : les Indiens en perdition, la force de la terre ( quand Strawl s’étend sur le sol, avec la terre en-dessous et le ciel au-dessus… des pages superbes ) et plein d’autres choses aussi qui me sont repassées devant les yeux. J’aimerais bien vos réactions, pouvoir en parler, c’est le genre de livre dont j’ai envie de parler…

Advertisements

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s