« Le chemin des âmes » de Joseph Boyden – Albin Michel, Terres d’Amérique, traduit par Hugues Leroy

boydeb11 Novembre…Si je devais conseiller un livre sur la guerre de 14-18, ce serait celui-ci, ce « Chemin des âmes »  paru en 2009, de Joseph Boyden, écrivain canadien .

Résumé:

« 1919. Nord de l’Ontario. Niska, une vieille Indienne, attend sur un quai de gare le retour d’Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre. A sa grande surprise, l’homme qui descend du train est son neveu Xavier qu’elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable. Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : l’engagement dans l’armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l’enfer des champs de bataille en France. »

infantry-62825_150Joseph Boyden m’a fait découvrir un pan de cette grande tuerie que je méconnaissais. Il a mis en relation deux histoires qui à priori n’étaient pas destinées à se croiser, et j’ai découvert une plume nouvelle et puissante. Ce livre est probablement un de ceux que j’ai préféré sur ce sujet ( angle d’approche différent, personnages tellement décalés dans ce décor de tranchées, mythologie indienne qui, bien que semblant incongrue dans cette Belgique sous les bombes, y garde tout son sens…)

« Je rêve du pays. On dort mal, par ici, mais j’ai appris à rêver les yeux ouverts.

Là ou j’habite, la rivière est aussi vaste qu’un lac et c’est à ce moment de l’année le Printemps, que la pêche est la meilleure. »

Parce que c’est un livre magnifique, fort et intelligent, qui ajoute une pierre unique à l’édifice de la littérature qui émergea et émerge encore de cette guerre, parce que c’est un roman qui dit l’absurdité absolue de la guerre d’une façon inhabituelle, l’oeuvre d’un grand écrivain, prenez ce « Chemin des âmes », difficile mais salutaire.

WW1_Western_Front_at_Nieuport_m

« Un obus est tombé trop près. Il m’a lancé dans les airs et, soudain, j’étais oiseau. Quand je suis redescendu, je n’avais plus ma jambe gauche. J’ai toujours su que les hommes ne sont pas fait pour voler. »

amandaJoseph Boyden a écrit ensuite « Les saisons de la solitude », livre tout aussi réussi que le premier, et son épouse, Amanda Boyden a elle publié « En attendant Babylone », roman sur l’ouragan Katrina. Un couple d’écrivains pleins de talent et de sensibilité, je vous les recommande. 

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Le chemin des âmes » de Joseph Boyden – Albin Michel, Terres d’Amérique, traduit par Hugues Leroy »

  1. Je frissonne et cela me fait froid dans le dos à l’idée de cette lecture
    Je devine déjà le voyage douloureux, et poignant de poésie melée de barbarie
    Aurai- je le courage de lire cela ?
    En attendant, je parle de toi à des amoureux de livres !
    Bises

    J'aime

    • Merci, c’est gentil. Ce livre m’a appris quel fut le sort de ces indiens ( là, des Crees ) partis en Europe dans cette guerre, perdus dans un univers terrifiant, si loin de leur mode de vie et de leur philosophie…La construction est remarquable, elle met en écho l’esprit de la vieille tante dans son canoë, et la vie des deux amis dans le bruit et la fureur des tranchées. Les indiens canadiens étaient réputés se déplacer dans le plus grand silence, de jour comme de nuit. Tu vois l’usage qu’on put faire d’eux? Droit au casse-pipe…Alors c’est vrai qu’il vaut mieux être un peu tranquille pour lire ça, mais c’est magnifique.
      Bisous !

      J'aime

      • Ca change des livres 14-18 habituels et ça fait du bien. Le sujet a été trop exploité, alors à moins d’avoir un angle aussi inédit que celui-là, on risque de tomber dans le déjà-vu.

        J'aime

      • Absolument. Quand je bossais à la bibliothèque, les gens me disaient : »Oh ! pas de livres sur la guerre !  » mais je faisais lire celui-ci et à ma connaissance, chacun y a trouvé non seulement des pans d’histoire ignorés, mais aussi- et c’est bien sûr le truc essentiel- une écriture et une construction vraiment remarquables et émouvants. On se dit, au fil des multiples lectures américaines : pauvres Indiens…Je ne sais pas si vous avez lu « Cantique des plaines » de Nancy Huston, mais elle y parle aussi du sort des jeunes filles indiennes du Canada, un très beau livre, très fort. En tous cas merci de vos commentaires, ça fait du bien, et plaisir !

        J'aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s