« Comment tout a commencé » de Pete Fromm, éd. Gallmeister, traduit par Laurent Bury

pete

 

C’est un livre qu’on m’a prêté après avoir lu ça :

http://lecoindelalimule.blogspot.fr/2013/05/comment-tout-commence-pete-fromm.html

Je viens juste de terminer ce très beau et très sensible roman. Le titre évoque l’histoire que des parents  racontent depuis toujours à leurs deux enfants, Abilène et Austin, 20 ans et 15 ans, ainsi nommés du nom de la ville où ils auraient été conçus.Sur fond de désert texan, Austin nous narre la lente descente aux enfers de sa famille, causée par la maladie de  sa soeur, atteinte de troubles bipolaires. Le baseball, auquel elle entraîne son frère, sera le catalyseur de  l’ énergie terrifiante que va déployer Abilène dans ses phases maniaques, entraînant toute sa famille dans un immense chagrin. Austin est en adoration devant sa soeur, il refusera de voir, dans ce qu’il admire chez elle, les symptômes de sa maladie. baseball-83507_640

Ce roman est totalement bouleversant parce qu’il est  juste  dans son expression, émouvant par ses personnages pour lesquels on ressent empathie, compassion, attachement…C’est l’histoire d’une famille « ordinaire », dont les différents membres s’aiment, mais qui va se retrouver  dans la tourmente qu’entraîne le trouble mental .

L’évocation de la maladie est impressionnante, certains passages font vraiment peur, et l’écriture laisse monter lentement la crainte de ce qui va arriver, crainte qui frôle l’angoisse parfois, comme la scène de chasse à l’hirondelle, totalement marquée de démence…landscape-77458_640

Une magnifique histoire d’amour, avant tout, entre ces quatre personnages, dont Abilène la jolie rousse est le pivot. Un livre marquant, qui m’a beaucoup touchée par son humanité.

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Comment tout a commencé » de Pete Fromm, éd. Gallmeister, traduit par Laurent Bury »

    • Je n’ai pas pu le lâcher; la scène des hirondelles est assez affreuse; ça peut être difficile, pour certaines personnes, de lire ce genre d’histoire, il faut avoir de la distance. Je ne sais pas trop faire, je m’immerge…mais pour moi, lire, c’est ça. En tous cas, merci de m’avoir prêté ce bouquin.

      J'aime

  1. Je trouve la scène des hirondelles très forte…quelle tension.
    Pour moi aussi lire c’est ça. Je l’ai pas lâché…J’étais « inquiet » pour tous ces personnages…pas vraiment de distance donc.

    J'aime

  2. Ping : « Lucy in the sky  de Pete Fromm – Gallmeister, traduit par Laurent Bury | «La livrophage

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s